Pratiques alternatives au désherbage chimique, du paillage…

De la binette jusqu’au paillage voici les différentes méthodes

PRATIQUES ALTERNATIVES AU DESHERBAGE CHIMIQUE

Définition : Désherber, c’est enlever l’herbe, précise le dictionnaire mais c’est aussi minimiser l’importance de cette activité partout ou elle est susceptible de se développer.

Pourquoi désherber ?

Les mauvaises herbes et la croissance des plantes

Au jardin, les herbes non désirées entrent en concurrence avec les végétaux vis-à-vis de l’eau, des éléments fertilisants ainsi que de l’espace et de la lumière. La culture voit son développement ainsi réduit par le manque d’eau et de nourriture. Les végétaux en place sont perturbés parce que la place et la lumière leur sont comptées, Les conséquences sur une plante comme une spirée fera que celle-ci sera peu développée, aplatie, car elle était gênée par une énorme touffe de grande oseille.

Les conséquences de la concurrence d’herbes dans une culture est que Leur croissance est souvent plus rapide que les arbustes et leur système racinaire très puissant.

Les mauvaises herbes et l’état sanitaire

Les adventices sont importantes car elles peuvent être des hôtes intermédiaires de maladies ou de ravageurs.

Cependant elles favorisent les maladies cryptogamiques en entretenant une ambiance humide.

Le désherbage manuel

On peut le faire a l’aide d’un outil à main ou le faire à la main, l’avantage c’est de pouvoir passer n’importe où mais l’inconvénient c’est le coût de la main d’oeuvre

Le désherbage mécanique

Plusieurs outils peuvent vous aider comme la brosse de nettoyage pour les zones pavées, aseptisées. Il y a aussi le Giro broyeur pour les parcelles laissées en jachère ou pour entretenir des chemins forestiers.

La motobineuse, le rota, la herse rotative, sont autant d’engins mécanique que l’on peut passer mais leur utilisation est réduite des l’instant ou l’écartement entre les plantes est trop réduit ou que la météo ne le permet pas.

Le bruit peut également gêner les riverains et c’est sans compter sur le tassement du sol provoqué par le poids des engins!

Les avantages :

L’herbe étant broyée, elle apporte de la matière organique au sol et améliore la vie microbienne c’est aussi la possibilité de faire des apports d’engrais et MO.

En attendant d’être broyé les herbes sont des plantes hôtes qui viendront héberger une faune variée.

Le désherbage thermique

Il s’agit en fait de promener une flamme sur des plantes dont on veut se débarrasser. L’idée n’est pas de brûler les mauvaises herbes mais de provoquer un choc thermique qui va détruire les feuilles visibles et soit faire mourir soit affaiblir la plante qui sera obligée de puiser dans ses réserves pour « envoyer » de nouvelles feuilles.
La structure du sol n’est pas impactée par l’usage du désherbeur thermique, le temps de chauffe du sol (environ une seconde) est trop bref pour que cette chaleur pénètre dans le sol. L’essentiel des micros organismes sont eux aussi préservés (ceux qui vivent dans le sol en tout cas).

Les inconvénients :

La repousse des mauvaises herbes est très rapide, au bout de 2 semaines, il faut repasser régulièrement.

C’est aussi l’impossibilité d’utiliser ce système en cas de sècheresse  car le risque d’incendie est trop important.

Le gaz est coûteux et représente un coup dans les intrants qu’il ne faut pas négliger!

Certains trouveront le système anxiogène, il est vrai que se promener avec une bouteille de gaz peut être dérangeant bien que les matériels ne cessent d’évoluer.

Dernier point négatif, on utilise des ressources fossiles.

 

Couvrir le sol par toute une gamme de paillages

Le paillage naturel : biodégradable, efficace, économique tel que, pailles, foins, tontes de gazon, feuilles mortes, écorces et branchages broyés (BRF).

 

Avantage :

Le paillage naturel est biodégradable (vie microbienne, biodiversité de la flore et de la faune)

Il est perméable (meilleur infiltration de la pluie)

L’humidité est retenue grâce au paillage naturel, protège les racines des fortes gelées et assure un développement plus rapide des végétaux.

Ces paillages sont plus économiques (ne coûtant rien aux agriculteurs et peu aux particuliers, les services des espaces verts trouvent une utilité aux déchets végétaux)

Les inconvénients : Le paillage naturel ce dégrade rapidement.

Le minéral:

Paillage de schiste au pied des Genévriers

 

 

 

 

Massif recouvert de schiste

Le schiste est bien intégré dans son environnement, sa présence rappelle les espaces naturels de notre région.

C’est en autre une des règles à respecter lors de la création d’un jardin.

 

 

 

 

Le végétal comme paillage naturel:

Les végétaux tel que : Les couvre-sols désigne des plantes dont les rameaux, les pousses sarmenteuses ou les stolons, s’étalent à la surface du sol et le recouvrent densément en assurant sa garniture.

Les couvre-sols peuvent être des plantes vivaces et des arbustes caducs ou persistants.

Plantes couvre-sol sur rocaille

Il s’agit en fait de plantes qui appartiennent à un rang de sociabilité élevé et sont principalement plantées en groupes.

Capacité de concurrence remarquable qui les met en position de former des groupes et de supplanter les espèces étrangères.

Avantages : Par un choix judicieux des espèces et des distances de plantation adaptées, il est possible d’obtenir rapidement une couverture fermée.

Cette couverture végétale protège le sol contre les dessèchements brusques, les écarts de température et autres variations climatiques extrêmes.

Le côté ‘avaleur’ de feuilles ; de nombreuses plantations de couverture se trouvent près ou en dessous d’arbres et arbustes. Chaque année elles sont soumises à la chute des feuilles. Certaines espèces le supportent, d’autres en tirent même profit. Exemple ; Ajuga reptans,

Duchesnea indica

Lysimachia nummularia,

Glechoma hederacea

Sur les surfaces inclinées, la protection contre l’érosion.

Une importante richesse naturelle.

Un temps d’entretien inférieur à des pelouses uniformes.

Exemple : 6.5mn/m² en 1er année, 5.2mn/m² la 2eme et 3.3mn/m² la 3eme. Cette valeur moyenne a été obtenue par comparaison d’environ 40 espèces. En comptant en moyenne trois interventions par an, la durée moyenne d’entretien des couvre-sols est de 5mn/m². 18 tontes ou plus/an peuvent-elles être conduites dans le même temps ?

Les inconvénients : Les opérations de taille occasionnelles concernant certaines espèces ainsi que l’entretien des plantations entre la période de l’installation et la fermeture complète du sol ou la germination de mauvaises herbes est fréquente au pied des plantes.

Le manque de personnel qualifié pour l’entretien convenable d’une plantation riche en espèces.

 

 

Le paillage biodégradable et synthétique :

Les feutres (fibres de jute, fibres de bois, fibres synthétiques)

Avantages : Perméables et rugueux, limitent l’évaporation, opaques,

 

 

 

 

Les films et bâches plastiques :

Le film noir de polyéthylène

Les avantages des films et bâches tressées, ils ont pour but de : Supprimer toute levée d’herbes, de maintenir le sol meuble, de garder l’humidité.

Les inconvénients : ils ne sont pas biodégradables, ils sont imperméables, ils ne nourrissent pas la flore et la faune du sol et sont souvent inesthétiques au début.

Impossibilité de faire des apports d’engrais ou de MO.

Ex. : toile tissé

Pour une aide à la mise en place d’un plan de gestion différenciée: contact